• Accueil
  • > Archives pour février 2014
( 25 février, 2014 )

La comédie des mots

Je lis les mots

De mes maux,

Magnifiques émaux

D’éclats de rire et de larmes,

De bonheurs et de drames.

 

Je lis les lettres

De mes lettres,

Merveilleux baromètre

De mes joies et mes peines,

De mes amours et mes haines.

 

Les mots font leur comédie

Dans le théâtre de nos vies.

Ils dirigent les acteurs que nous sommes

Créant et détruisant les hommes…

( 24 février, 2014 )

Fée des brumes

Dans la brume qui s’effiloche,

Qui étouffe le chant des cloches

Et adoucie les formes des rochers,

Danse une délicieuse et brune fée.

Pareille à ses aînées,

Elle déploie ses ailes irisées

Et vole au gré de ses envies, de fleur en fleur,

Recherchant un nectar de douceur.

Petite fée aux cheveux de jais,

Au regard sombre et mystérieux,

Ignore qu’elle se laissera cueillir

Et dans un filet se laissera mourir,

Au milieu des papillons prisonniers

Punis de leur trop grande curiosité.

( 21 février, 2014 )

Frères…

La vie m’en donna trois,

De bien beaux et bien différents de moi.

L’un est rigueur,

L’autre rêveur,

Et le dernier rieur.

Ils ont, chacun des yeux bruns aux pépites vertes.

Et chacun, à sa manière, est pétri de courage,

Celui de mon père.

Mes frères, comme j’aurais voulu être un de vous !

Et jouer de vos jeux de guerre,

De vos cabanes dans les bois,

Et de vos constructions de plastique.

Moi, je n’ai toujours été qu’une fille, aux longs cheveux et aux poupées massacrées…

Mes chers frères !

 

( 19 février, 2014 )

L’ange de mes nuits

C’est un ange qui habite mes nuits.

Sans que j’y prenne garde, il s’y est installé.

Il diffuse les rêves les plus fous à mon esprit.

Penser à lui, m’est douleur et félicité.

Du bout des doigts, je voudrais le frôler,

Connaître le velours de sa peau dorée.

 

Cet ange m’est parfois devenu démon.

Comme s’il jouait, il m’échappe,

Me faisant souffrir un muet affront.

Il tourmente mon cœur, il l’écharpe.

Alors fermement je voudrais le retenir,

Mais il n’a de cesse de s’évanouir.

 

Je suis impuissante, face à ce délicieux ange.

Il habille mes nuits de mille et mille folies,

Il anime mes songes de sentiments étranges,

Il attise un espoir inattendu et infini,

Que la sagesse ne peut faire taire ce jourd’hui.

( 19 février, 2014 )

Bienvenue dans le monde de mes mots

Bienvenue dans le monde de mes mots.

C’est un jour de pluie, un jour de chagrin, qui m’a donné l’envie d’écrire et surtout de le montrer.

Je tâtonne, bien loin de maîtriser l’art de me mettre en scène.

Une comédienne joue les mots, se laisse manier, mais lorsqu’il faut diriger, cela devient plus compliqué.

L’humilité et la peur de décevoir (la honte peut-être) empêche d’exhiber son art, de bonne ou mauvaise qualité.

Et pourtant, la souffrance de l’artiste se doit d’être un jour récompensée par la mise à nu, la confrontation du public, avec le fol espoir d’avoir séduit l’Autre.

L’art est une cruelle maîtresse.

Fabienne

|