( 6 novembre, 2014 )

Je suis lionne

Je reste lionne quand d’autres s’ignorent loups.

 

De tant de passion je meure dévorée.

De tant de dons je suis écorchée.

Et, avec autant de dégoût que de plaisir,

Je souhaite ardemment faire souffrir.

Ne plus apporter de sourire,

Faire, à ma vue, s’enfuir

Qu’on me craigne jusqu’à me haïr.

 

Je connais la limite des hommes,

Je sais leur fragilité.

Je connais la faiblesse des femmes,

Je sais leur naïveté.

 

J’ai crevé mon cœur à tant de bons sentiments.

J’ai donné mes nuits à trop de rêves angoissants.

J’ai offert mon temps à ceux qui étaient si mal.

J’ai donné mon esprit à regonfler le moral.

 

J’ai besoin de détruire pour peut-être reconstruire.

J’ai besoin comprendre pour à nouveau rendre.

Mais je me suis oublié parce qu’on m’a oublié.

Parce que l’ingratitude s’est vulgarisée.

 

1 Commentaire à “ Je suis lionne ” »

  1. 010446g dit :

    Compliqué!

    Quelle force!

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Supplique aux jolies internes

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

«    »
|