( 3 février, 2015 )

Errance

Comme une âme en peine, j’erre ;

Et cette errance me libère.

Je ne suis pas en peine, mais j’erre ;

Et dans ce spleen, rougissante, j’espère.

J’espère que l’amour ne soit plus amer,

Que le ciel embrasse enfin la terre,

Et que le soleil embrase les mers.

Je me complais dans cette errance.

Et m’y retrouve à l’enfance

Où l’âme et le cœur sont Innocence.

J’erre dans un monde de paradis

Où se mêlent avec bonheur les envies,

Où je me perds dans le plaisir de la vie.

Mon spleen est bienheureux,

Car, bien loin de moi est ce monde en feu,

Et si près de moi ce désir délicieux.

Être libre d’être ce que je suis…

Modelée par mes émotions

Brisée par mes frustrations

Grandie par mes sensations

Bouleversée par mes aberrations.

L’errance de mon corps d’argile

De mon cœur de pétales fragiles

Me ramène à cet esprit difficile

Que je n’ai pu rendre docile.

3 Commentaires à “ Errance ” »

  1. 010446g dit :

    Beau poème!

    Bien malin qui croit diriger
    Ses pas sa vie
    Et ses envies
    Aller, nager, toujours nager
    Cueillir le rêve à l’infini.

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Supplique aux jolies internes

  2. jaclyn dit :

    C’est super!

    Dernière publication sur Pas de nouvelles bonnes nouvelles : Le sac

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|